AMAP de Nespoulet

des légumes frais, sains et savoureux

Panier du vendredi 8 novembre 2013

Poster un commentaire

Cette semaine dans le panier : aubergines, chou chinois, pommes de terre, poivrons, carottes avec fanes, radis blancs, persil, patidous, laitue « beurre roxy », scarole frisée, concombre, tomates, piment végétarien.

Quelques infos sur le piment végétarien, tirées du site http://www.uneplumedanslacuisine.com :
Aux Antilles, une star qui a la côte depuis un moment déjà, est le piment végétarien. Ce piment est une variété très appréciée aux Antilles françaises, car contrairement au piment fort comme le fameux bonda man jak, même s’ il est très aromatique, il est doux et ne pique donc pas.
Mais en fait, il faut reconnaître quand même que les deux piments sont très prisés dans la cuisine antillaise, et d’ailleurs souvent utilisés ensemble.
Le piment végétarien très parfumé, donne beaucoup de goût et de saveur à tout aliment ou plat qu’il caresse, et est parfait à utiliser si on a des enfants. Il offre un contraste surprenant entre la force de son parfum et sa douceur, on peut se demander comment un piment qui dégage une telle explosion de saveur peut être aussi inoffensif. On peut en effet croquer dedans à pleine dent, sans aucune crainte d’avoir la bouche en feu!

Comment utiliser le piment végétarien ? On peut l’utiliser partout et pour tout dans la cuisine,
et pas seulement dans la cuisine antillaise. Voici quelques exemples :
–  accras
– pâtés salés
– vinaigrette
– marinade de viande et poisson
– cuisson de viande ou poisson en sauce
– soupe

Et pour ceux qui se demandent pourquoi ce nom « végétarien » : il proviendrait (sous toutes réserves) d’une période de famine en Martinique : les Martiniquais avaient l’habitude de consommer des piments forts (comme le bonda man jak) avec leurs plats de viande. Ils se sont rendu compte que ces derniers étaient bien moins digestes sans les protéines de la viande ou du poisson. Ils ont alors lorgné vers les habitudes alimentaires de habitants végétariens de l’île. Ceux-ci consommaient un tout autre piment, pas fort, mais qui donnait autant de goût à leurs préparations de légumes que le bonda man jak en donnait aux préparations carnées. D’où le surnom de piment végétarien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s